Le Bodylift

Le body-lift ou dermolipectomie abdominale circulaire, ou torsoplastie se fera dans les cas de pertes importantes où les flancs et la région lombaire seront également concernés afin d’obtenir un résultat plus homogène que l'abdominoplastie. Ceci correspond à une résection circulaire de peau et de graisse souvent associées à une lipoaspiration. Les séquelles d’amaigrissement bénéficient généralement de ce type d’opération (Bypass, sleeve gastrectomie, anneau gastrique). Il tâchera également à remettre en tension la face latérale des cuisses, à lifter les fesses et à creuser la région lombaire.

 

Chaque chirurgien adopte une technique qui lui est propre et qu'il adapte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats. Toutefois, on peut retenir des principes de base communs. Une augmentation de la région fessière est possible grace à un relocalisation de la graisse en excès.

 

Le tracé des incisions se fait en fonction de la localisation et de la quantité de peau lésée. Elle fait en générale le tour de l'abdomen.

 

L'ombilic est conservé et replacé en position normale, grâce à une incision faite dans la peau abaissée.

 

Une telle chirurgie laisse toujours une cicatrice plus ou moins longue et plus ou moins cachée, selon l'importance et la locali­sation de la peau lésée dont il a fallu réaliser l'ablation. Le plus souvent, cette cicatrice est située au bord supérieur des poils pubiens et déborde plus ou moins loin dans les plis de l'aine jusqu’aux épines iliaques.

 

Dans le cas d’un body lift, l’incision fera tout le tour du tronc.

 

La graisse en excès, hors de la zone d’excision, est extraite par lipoaspiration et les muscles abdominaux (grand droits) distendus sont remis en position médiane (vers l'ombilic) par la technique de la plicature musculaire quand nécessaire.

 

La longueur de la cicatrice est prévisible, c’est pourquoi avant l'intervention le patient devra en être très clairement prévenu.

 

La durée de l'intervention varie entre 90 minutes et 6 heures, selon l’intervention et l'importance du travail à accomplir.

 

La période post-opératoire

 

Les douleurs existent pendant une dizaine de jours mais peuvent être aisément contrôlées par de simples antal­giques. Parfois les douleurs sont aiguës en post-opératoire, un traitement plus fort sera administré à la clinique pendant l'hospitalisation.

 

Il faut prévoir des pansements pendant une quinzaine de jours après l'inter­vention. Le port d'une gaine de soutien est conseillé pendant 4 à 6 semaines, jour et nuit.

 

Il faut prévoir un arrêt de travail de 3 à 6 semaines.

 

Le plus souvent, un bodylift  correctement indiquée et réalisée offre aux patient(e)s un résultat satisfaisant et conforme à ce qui était attendu.

 

Cependant, il ne peut être jugé qu'à partir d'un an après l'intervention. Il convient en effet d'avoir la patience d'attendre le délai nécessaire d'atténuation de la cicatrice et de réaliser pendant cette période une bonne surveillance au rythme d'une consultation environ tous les 3 à 6 mois pendant un an.

 

En ce qui concerne la cicatrice, il faut savoir que si elle s'estompe bien en général avec le temps, elle ne saurait disparaître complètement. Il ne faut pas oublier que si c'est le chirurgien qui réalise les sutures, la cicatrice, elle, est le résultat de plusieurs facteurs qui dépendent fortement d'une patiente à l'autre.

 

Un œdème est présent pendant plusieurs mois sur 4 à 7 cm au-dessus de la cicatrice, disparaissant en général graduellement.

 

Au-delà de l'appréciation esthétique qui est souvent appréciable, les body lift apportent en règle générale aux patients une amélioration très nette en ce qui concerne le confort. De plus, cette amélioration fonctionnelle et le mieux être psychologique aident le patient dans l'ajustement de leur équilibre pondéral.

 

Quoi qu'il en soit, il s'agit d'une chirurgie importante et délicate, pour laquelle la qualité de l'indication et la rigueur du geste opératoire ne mettent en aucune manière à l'abri d'un certain nombre d'imperfections, voire de complications majeures.

 

Cependant, il n'est pas rare que des imperfections localisées soient observées, sans qu'elles ne constituent une réelle complication.

 

La cicatrice peut être parfois un peu trop visible, adhérente, voire asymétrique et ascensionnée. Celle-ci peut, dans certains cas, devenir élargie, épaisse.

 

Ces imperfections de résultat sont en règle générale accessibles à un traitement complémentaire: "retouche" chirurgicale réalisée sous anesthésie locale ou anesthésie locale à partir du 12 mois post-opératoire.

 

La Consultation

 

Pendant les consultations pré-opératoires, vos doutes et vos questions seront développés par le chirurgien.

 

Pendant la consultation, un examen clinique détaillé, avec positionnement des cicatrices et exposition des principales complications seront discutés avec vous.

 

Une deuxième consultation est obligatoire en cas de décision opératoire de la part du patient.

Sécurité sociale:

Pour que la sécurité sociale intervienne, il est nécessaire que le médecin envoi un document (accord préalable) à la CPAM dont vous dépendez. Certaines fois sa peut être le RSI si vous dépendez ce cet organisme.

Une fois l'accord reçu, le patient est convoqué et examiné. En fonction de l'excès de peau et de tissu graisseux, le médecin conseil donnera son accord à l'intervention.

Il vous restera à régler lettre devis lors de la première consultation. s compléments d'honoraires de chirurgie et d'anesthésie marqués sur votre devis donné lors de la première consultation.

En fonction du type de contrat de votre mutuelle complémentaire, il se peut qu'une partie ou la totalité des compléments d'honoraires soit remboursés.

Présentez votre devis à votre mutuelle afin d'avoir les réponses sur les remboursements qu'ils effectuent pour votre chirurgie.

Adresse

120 Avenue Napoléon Bonaparte

13100 Aix-en-provence

Tel: 04 42 27 23 98

ISAPS
ASPS
conseil de l'ordre
AMCEP
RBSPS
localisation cabinet dr nardella
Unknown.jpeg